Fibres et santé


Plusieurs études épidémiologiques démontrent les effets bénéfiques des fibres sur la santé. La proportion au sein d’une population de maladies cardio-vasculaire, du surpoids, des cancers colo-rectaux, du diabète est inversement proportionnel à une alimentation riche en fibre.

 

Minéraux

Les fibres emprisonnent les substances du bol alimentaire et gène ainsi l’adsorption des minéraux, particulièrement le calcium et le zinc. Mais elles apportent également des minéraux ! Il est difficile d’évaluer l’équilibre de cette balance, mais d’après des analyses sur la concentration en minéraux du sang, aucun impact n’est détecté.

⇒ Toutes les fibres naturellement présentent dans les végétaux.


Diarrhée et constipation

Les fibres favorisent la motricité intestinale ou plutôt la motilité intestinale. D’un point de vue technique elles créent de la masse, ce qui facilite la progression des selles dans le tube digestif. Chez les personnes constipés, elles permettent de rassembler les “petits résidus” et de régulariser la production de selles. Dans le cas de diarrhées, elles ralentisse l’avancée des selles, et favorisent ainsi la réabsorption de l’eau rendant les selles moins humides.

Les fibres, qu’elles quelles soient, participent à la régulation du transit, elles ont une action bénéfique sur la constipation et les diarrhées. L’eau étant le partenaire des fibres, l’hydratation doit être optimale. 

⇒ Fibres solubles principalement


 Effet laxatif

Le son de blé, les pruneaux, les figues, les pommes ou encore les poireaux peuvent avoir un effet laxatif. Ces aliments renferment beaucoup de fibres, mais très peu fermentescible, elles absorbent beaucoup d’eau et peuvent humidifier les selles.

Lors d’un changement de régime, la flore bactérienne est également renouvelée, il n’est pas rare que des diarrhées accompagne tout nouveau régime alimentaire riche en fibres.

⇒ Fibres insolubles principalement


Régulation de la faim

Les fibres ont un très fort pouvoir rassasiant : elles inhibent rapidement la faim. Deux raison à cela : elles augmentent le temps de mastication (ce qui contribue à stopper l’envie de manger) et prennent de la place dans l’estomac. Les fibres agissent également dans le temps, elles rassasient. Elles ralentissent la digestion des autres aliments en les emprisonnant, elles n’augmentent que peut la glycémie et ainsi réduisent la sécrétion d’insuline. Les fibres permettent de réguler notre transit mais aide également à favoriser l’équilibre de notre rythme alimentaire.


  

Régulation du poids

“Pauvres” en énergie, elles emprisonnent les autres les autres aliments de notre repas, rendant ainsi l’accès à nos enzymes digestives impossible. Elles diminuent ainsi la densité calorique de notre bol alimentaire et augmentent l’énergie déployée à la digestion.


Surpoids et obésité

Régulation de la glycémie, régulation de l’insulinémie, diminution de la densité caloriques du bol alimentaire, effet satiétogène important, diminution des lipides sanguin ou encore du LDL-cholestérol, sont autant de facteurs ayant un impact non négligeable sur la régulation du poids.

⇒ Toutes les fibres sont une aide capitale à tout lé régimes amaigrissants.


Maladies cardio-vasculaires

Les fibres diminuent la cholestérolémie, le mauvais cholestérol (LDL-cholestérol) et les triglycérides sanguin. Dans le tube digestif, les fibres se lient et emprisonnent les lipides alimentaires et les sels biliaires, ce qui ralenti et diminue leur absorption. Le taux de lipides sanguin est directement influencé.

Les acides gras volatiles libérées par la flore colique diminuent également la synthèse du cholestérol par le foie.

⇒ Fibres solubles et fermentiscibles

LDL-Cholestérol ⇒ Germe de blé, son et flocon d’avoine, légumes secs, gomme guar, pectines, psyllium, hémicellulose (fruits et légumes)

Hypertriglycéridémie ⇒ Son de blé, germe de blé


La glycémie

Ralentissant l’avancée du bol alimentaire, les fibres ralentissent également la digestion et l’absorption de ce bol. Les aliments glucidiques passent moins rapidement dans le sang et de façon plus diffuse : le pic glycémique et insulinique postprandiale est retardé et atténué. Elles améliorent l’équilibre glycémique, et sont donc bénéfiques en cas de troubles de la régulation des glucides comme les diabètes.

Les fibres font diminuer l’indice glycémique des aliments qu’elles composent mais également du repas.


Diabète

Un régime dépourvu de sucres simples, riches en sucres complexes (55-60 %) et apportant 25 g de fibres par 1000 kcal, permet de diminuer considérablement les doses d’antidiabétiques oraux ou d’insuline. Chaque prise alimentaire devant être composée de fibres. Ce type de régime est à élaborer avec un professionnel de la santé ou de la nutrition.

⇒ Fibres solubles et visqueuses


Cancers

La production d’acide butyrique par la flore colique inhiberait la croissance et la prolifération des tumeurs cancéreuses. La stimulation de la motilité intestinale modifie les contacts entre le contenue et la muqueuse intestinale, ce qui diminue le risque carcinogène et limite la formation de polypes colorectales. Plusieurs autres mécanismes pourraient également avoir des effets protecteurs : baisse du pH et de la concentration d’ammoniac, modification du métabolisme des acides biliaires et des bactéries, liaison aux sels biliaires, etc.

⇒ Quantité de,fibres, amidon résistant, fruits et légumes


 

Syndrome de l’intestin irritable

Effets variables des fibres sur cette pathologie aux symptômes et à l’étiologie très diversifiée. Mais une consommation riche en fibres solubles et diminuée en fibres fermentescibles apporte, dans la majorité des cas, une amélioration significative de ce dysfonctionnement viscérale.

⇒ Fibres non fermentescibles


Rectocolique hémorragique & Chron

Ces deux pathologies présentent une inflammation chronique et périodique de la paroi d’une partie du tube digestif. Lors des poussées, beaucoup d’aliments sont mal tolérés notamment les fibres, seules les fibres des fruits aurait des effets positifs chez certains patients.

⇒ Fibres non fermentescibles / selon tolérance

Pernille Marteau, diététicienne


Sources :

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *